# OrganisationABECEDAIRE de la productivité

Les surprenants BÉNÉFICES du BRUIT BLANC

emme-travaille-devant-ordi-enfant-la-gene-DIAPO

Cet article fait partie de l’ABÉCÉDAIRE DE LA PRODUCTIVITÉ. Les autres articles sont disponibles ICI.

LOGO_ABECEDAIRE

QUE FAIT-ON quand on veut être efficace, qu’on doit se concentrer pour réaliser une activité intellectuellement exigeante ? On s’isole. Des gens. Des distractions. On essaye de se couper du brouhaha cognitif, et spécialement du bruit. Mais trouver une pièce insonorisée où l’on peut se calfeutrer à double tour n’est pas toujours simple. Et les boules Quies ne sont ni agréables, ni sexy,  ni toujours à portée de main.

Alors, existe-t-il une solution  efficace, simple et que l’on peut pratiquer facilement chez soi ?

La réponse est oui, c’est le bruit blanc. Et on va voir ensemble comment l’utiliser.

C’EST QUOI UN BRUIT?

UN SON c’est des vibrations de l’air qui se propagent jusqu’à nos tympans, qui sont stimulés par les variations de pression qu’elles engendrent. Nous traduisons ensuite ces vibrations en sons.

Nos cordes vocales (comme les instruments), font vibrer l’air à des fréquences bien déterminées.

Ce sont les notes : une vibration selon un signal sinusoïdal, qui reproduit cette vibration à l’air. Quelque chose de régulier, que notre cerveau identifie. Une note c’est un bruit maitrisé.

DISSOUDRE LES BRUITS POUR SE CONCENTRER

IMAGINEZ-VOUS en train de bosser dans une pièce perturbée par des bruits cacophoniques : téléphone d’un collègue, radio, enfants qui chahutent, personnes qui discutent en parlant très fort, télévision, etc.

Difficile de vous concentrer sur ce que vous faites, hein ?

Normal, notre cerveau traite malgré nous les données propagées par les ondes sonores.

Notre cerveau va automatiquement se concentrer sur une ou plusieurs sources sonores et nous distraire, en traitant ces informations.

Bonne nouvelle, il sera incapable de le faire sur les milliers de sources que constituent les fréquences aléatoires d’un bruit blanc. Et bien lorsqu’on superpose les fréquences audibles on obtient un bruit blanc,  un assemblage de plusieurs sons qui donnent un seul son uniforme.

Donc le bruit blanc est un écran invisible, protecteur, qui agit comme une barrière pour d’autres sons.

Notre cerveau va ainsi se “déconnecter”. Nous permettre de nous concentrer sur notre tache.

Car nous devenons moins sensibles aux perturbations, qui deviennent une simple source sonore de plus parmi 1000 autres…

oreille avec son en digital

DEPUIS QUAND LES BRUITS ONT DES COULEURS ?

LOUÏE est le seul sens qui continue à fonctionner pleinement pendant le sommeil. Question de survie. Les autres sens étant complètement éteints, nous n’aurions aucun moyen de détecter un danger et de nous réveiller pour y faire face.

Ainsi, chaque son possède une densité spectrale de puissance, des fréquences (Hertz) d’intensité variable, comme les couleurs ont des longueurs d’onde d’intensité variable.

C’est le mélange des sons, et de leur densité, qui forme des bruits dits colorés. Le terme  “couleur” leur a été attribué uniquement pour cette similitude observée avec le spectre lumineux, et la « couleur du son » dépend des fréquences mélangées.

On observe ainsi diverses “couleurs” de bruits : blanc, bleu, rose, rouge, violet et gris qui vont toutes être des mélanges de l’ensemble des fréquences audibles mais d’intensité variable.

Le bruit blanc a des actions bénéfiques sur le sommeil dont on ignore le fonctionnement, et il est utile pour vérifier l’acoustique d’une salle par exemple.

Le  « bruit brun » est celui produit par une cascade lointaine, un son monotone et apaisant, mais naturel. On parle aussi de « bruit rose », qui n’est pas aussi régulier, qui se rapproche du bruit de la pluie.

LE BRUIT BLANC NOUS MET EN MODE « ALPHA »

L’influx des différentes zones du cerveau s’activent ensemble (globalement), et de façon rythmique.

On peut traduire  le rythme de ces pulsations en forme d’ondes, qui donne l’intensité de l’activité cérébrale. On les calcule en hertz (Hz) – un hertz égalant une ondulation par seconde.

La fréquence des ondes cérébrales varie selon le type d’activité. La science a découvert que c’est généralement un effet de résonance qui est en cause.

Et que des éléments extérieurs peuvent nous mettre dans des états différents, que certains appellent transes :

Le battement régulier des tambours,  des chants tribaux répétitifs ou le chant grégorien, voire des activités physiques rythmées comme la marche.

Il existe différents « modes » du cerveau, qui sont plus ou moins efficaces pour différentes activités.

ondes digitales

On divise les ondes cérébrales en 4 ou 5 fourchettes, dont les appellations viennent du grec ancien :

  • Quand on dort, Ondes delta : de 0,5 à 4 Hz, celles du sommeil profond, sans rêve.
  • Quand on est réveillé, Ondes bêta : 14 Hz et plus, celles des activités courantes. Les ondes cérébrales passent au bêta pendant les courtes périodes de sommeil avec rêve (sommeil paradoxal), comme si les activités du rêve étaient des activités « courantes ».
  • Quand on se réveille, Ondes alpha : de 8 à 13 Hz, celles de la relaxation légère et de l’éveil calme.
  • Quand on médite vraiment bien, Ondes thêta : de 4 à 7 Hz, celles de la relaxation profonde, en plein éveil.

Ce qui nous intéresse ici, c’est le mode ALPHA, qui favorise la concentration et l’apprentissage.

Lorsque les ondes Alpha circulent dans notre cerveau, cela correspond à un état de relaxation léger, de calme, à des sensations de bien-être, notre état de conscience est plus profond. Nous sommes bien présents à ce que nous faisons, un peu entre veille et sommeil.

Regardez un ami absorbé par la télévision ou un jeu vidéo, il est en mode alpha.

Quand nous sommes impliqués dans une tache au point de ne plus voir l’heure passer, nous sommes en mode alpha.

Les ondes Alpha permettent la synchronisation de nos deux hémisphères : notre cerveau droit plus créatif et notre cerveau gauche plus rationnel. Elles sont aussi facilitatrices de la créativité et des apprentissages.

LES BÉNÉFICES DU BRUIT BLANC

Le bruit blanc est un signal sonore sans fréquence particulière. Aucun rythme, juste une compilation aléatoire de vibrations de l’air sans fréquence régulière qui se démarque plus que les autres.

On peut trouver différents bruits blancs, du son de ventilateur à celui de l’aspirateur. Certaines musiques classiques également, notamment du Bach. Des machines peuvent également vous permettre d’en générer, comme celle-ci.

couple avec cousin sur la tête

On lui accorde plusieurs bénéfices :

  • L’efficacité d’un traitement au bruit blanc, rose ou brun a été démontrée pour soulager les acouphènes.
  • Selon une étude de l’université de Chicago, l’écoute de bruit blanc à volume modéré permet une amélioration de la créativité. A volume trop élevé, c’est préjudiciable.
  • Cette même université confirme aussi un effet de dissipation du stress.
  • Le bruit blanc facilite la concentration, au point qu’à Séoul, certaines universités ont installé dans les salles de travail et les bibliothèques des appareils générateurs de bruit blanc. Vous pouvez vous en procurer en France, comme ici ou là.
  • Le journal coréen « organisation industrielle et psychologique » a publié une étude sur les effets neurologiques du bruit blanc sur un individu menant un travail intellectuel.

On note :

+9% d’aptitude à mémoriser

27% de diminution du stress

13% de temps gagné à taches identiques

  • Le bruit blanc aide à l’endormissement, notamment chez les nourrissons et les bébés. On peut pour cela acheter des appareils de ce genre ci.

CONCLUSION :

Le bruit blanc est méconnu, il est pourtant scientifiquement prouvé qu’il apporte des bénéfices.

Certaines personnes l’utilisent de manière « naturelle », dans la méditation, les transes, les chants, la musique et parviennent à en tirer des avantages en terme de qualité de vie, de travail, de réduction du stress.

Alors si vous aussi vous voulez en profiter, c’est simple :

Mettez vos écouteurs avant de travailler, de réviser, de créer. Et écoutez du bruit blanc, suffisamment fort pour vous couper de l’extérieur, mais pas trop non plus. Vous devez « oublier » ce bruit avec le temps.

Testez, c’est terriblement efficace !

En attendant, d’ici-là n’oubliez pas, RESTEZ CURIEUX !

Cet article fait partie de l’ABÉCÉDAIRE DE LA PRODUCTIVITÉ. Les autres articles sont disponibles ICI.

LOGO_ABECEDAIRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.